Breton dixit, Actéon fecit (Jean-Michel Alberola)

De atlasmuseum
Aller à : Navigation, rechercher
Jean-Michel Alberola (© Adagp, Paris)
Chargement de la carte...

Notice+

Dans le cadre d’un projet de commande publique en hommage aux Grands Hommes, Jack Lang confie, en 1985, à Jean-Michel Alberola le soin de créer une œuvre qui « rappelle l’influence d’André Breton et du surréalisme sur les modes de pensées contemporains(1) ». Cet hommage que le ministre de la Culture appelle de ses vœux doit être « une œuvre libre, indépendante de toute attribution particulière(2) ». Pourtant, si personne n’a vraiment cru que le jeune artiste ait eu l’intention de réaliser un monument grandiloquent en l’honneur du « pape du surréalisme », nombreuses ont été les oppositions à ce projet de commande publique, certains commentateurs craignant que l’esprit du surréalisme ne soit dévoyé par un tel honneur.

L’œuvre Breton dixit, Actéon fecit, initialement pensée pour un square du VIe arrondissement de Paris, est finalement installée temporairement, en juin 1986, dans le jardin des Tuileries, avant d’être mise en dépôt au musée d’Art contemporain de Marseille, en 1995. La statue de bronze anthropomorphe et monumentale, qui s’y trouve encore aujourd’hui, s’éloigne considérablement de l’hommage traditionnel aux grands hommes. L’artiste a pris le parti non pas d’évoquer directement André Breton ou d’en faire le portrait, mais de synthétiser, dans une représentation métaphorique, l’esprit du surréalisme et l’intérêt de Breton pour l’art africain. Une femme nue, corpulente, repose comme accroupie sur un tabouret formant un socle. Les bras rejetés en arrière et tendus vers le ciel, elle présente avec révérence et soumission un masque zoomorphe surmonté de longues et fines cornes. Placé sur un socle de calcaire blanc, ce bronze à la patine noire permet à l’artiste, en lien avec la pratique érudite de la citation, qu’il développe depuis le début des années 1980, de condenser les emprunts et références à l’histoire de l’art. Ce masque est d’abord la reprise directe d’un dessin envoyé par Nadja, personnage principal du roman éponyme, à André Breton en 1926. Elle s’y représente comme une sirène aux longs cheveux portant un masque similaire, probable référence à un grand masque de Guinée ayant appartenu à Henri Matisse(3), et terminé par les mêmes fines et longues cornes d’antilope. Reproduit dans Nadja, le récit autobiographique de Breton publié en 1928, ce dessin fait écho à la description de la jeune femme, incarnation féminine de la subversion des catégories logiques par le surréalisme, qui avait les cheveux « tournés pour finir en avant des oreilles en cornes de bélier(4) ».

Ce que Breton a dit, Actéon l’a fait

Dans cette œuvre qui célèbre l’idée de la transformation, Alberola reprend à Breton la vision de la femme-animal, figure serpentine pareille à celle de Mélusine, et fait se terminer le corps arqué de la femme par un masque d’antilope, qui s’inspire plus probablement ici de ceux des Dogons. Il faut y voir à la fois la métamorphose en cerf du curieux Actéon – prête-nom que Jean-Michel Alberola utilise parfois pour signer ses œuvres – et aussi la perpétuelle transformation des formes de l’histoire de l’art en de nouvelles créations. Dans cet hommage complexe au théoricien du surréalisme, l’artiste mêle références distanciées – en parodiant Le Penseur, de Rodin(5) – et reconnaissance des apports formels du surréalisme et de l’art africain. Composée de morceaux d’œuvres et d’objets choisis dans l’univers visuel d’André Breton et subtilement agencés, cette œuvre traduit la définition de la beauté que donnait Breton à Nadja : « ni dynamique, ni statique(6) », c’est-à-dire consciente et respectueuse de l’héritage qu’elle porte, mais inscrite, toujours, dans le flux perpétuel de l’évolution des formes.

Coline Davenne, étudiante en Master 2 Recherche à l'École du Louvre (Paris), mai 2016

1- Jack Lang, lettre à Jean Schuster, 11 octobre 1985.
2- Ibid.
3- André Breton, Nadja, Paris, Gallimard, « Folio Plus », 1964, p. 126.
4- Ibid. , p. 132.
5- June Hargrove, Les Statues de Paris : la représentation des grands hommes dans les rues et sur les places de Paris, Anvers et Paris, Fonds Mercator et Albin Michel, 1989, p. 335.
6- Ibid. , p. 160.

Bibliographie
June Hargrove, Les Statues de Paris : la représentation des grands hommes dans les rues et sur les places de Paris, Anvers et Paris, Fonds Mercator et Albin Michel, 1989.
Lóránd Hegyi, J.-M. Alberola. La précision des terrains vagues, cat. exp. Saint-Étienne Métropole, musée d’Art moderne, 11 octobre 2008 – 25 janvier 2009, Saint-Étienne Métropole et Clermont-Ferrand, Musée(s) art moderne et Un, deux, quatre, 2008.
Jérôme Sans, « Jean-Michel Alberola : “l’Afrique d’Actéon” : interview », Flash Art, no 2, janvier 1984, p. 60.
Claire Stoullig, Jean-Michel Alberola, Huile sur toile, cat. exp. Nancy, musée des Beaux-Arts, 30 octobre 2008 – 28 janvier 2009, Paris, Ereme, 2008.
Les archives d’André Breton : http://www.andrebreton.fr

Œuvre

Titre Breton dixit, Actéon fecit
Date1986
Naturepérenne
ProcédureCommande publique
Numéro d'inventaire FNAC 10536
Contexte de production
Réalisé dans le cadre d'un projet en hommage à André Breton, écrivain français (1896 - 1966)
Période art contemporain
Domaine(s) sculpture, sculpture monumentale
Matériaux bronze
Précision sur les matériaux bronze
Hauteur (m)4,54,5 m
Largeur (m) 11 m
Mots-clés Cnap
Collection(Commande publique, France), Centre national des arts plastiques (France), Provence-Alpes-Côte d'Azur (France)
Propriétaire Collection du Centre national des arts plastiques (France)

Site

Nom du sitemusée d'Art contemporain
Ville Marseille
Département Bouches-du-Rhône
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Pays France
Détails sur le site
Dans le jardin.
PMRje ne sais pas
Latitude/Longitude43° 15' 2" N
5° 23' 22" E

Artiste

Jean-Michel Alberola

Image-manquante.jpg

Jean-Michel Alberola est un artiste français né en 1953 à Saïda (Algérie française), qui vit et travaille à Paris.
Lieu de naissance Saïda (Algérie)
Date de naissance 11 janvier 1953
Nationalité française
Voir l'article sur Wikipedia

Sources
Centre national des arts plastiques (CNAP)

ATLAS

Autres œuvres de l'artiste dans l'espace public

  • Ceux qui attendent
    Ceux qui attendent
  • Et après ?
    Et après ?
  • Sans titre
    Sans titre

Autres œuvres en lien

  • De l'en-dessous (Michel Gérard)
    De l'en-dessous (Michel Gérard)
  • L'Eau (Klaus Rinke)
    L'Eau (Klaus Rinke)
  • La Porte de Riom (Guy de Rougemont)
    La Porte de Riom (Guy de Rougemont)
  • Sarabande pour Picasso (Miguel Berrocal)
    Sarabande pour Picasso (Miguel Berrocal)
  • La Muraille (Jean Amado)
    La Muraille (Jean Amado)
  • Titre inconnu (Alain François, Toulon, 1986)
    Titre inconnu (Alain François, Toulon, 1986)
  • L'Homme du futur (César)
    L'Homme du futur (César)
  • Vive le vent (Michel Deverne)
    Vive le vent (Michel Deverne)
Faits relatifs à Breton dixit, Actéon fecit (Jean-Michel Alberola) — Recherche de pages similaires avec +.Voir comme RDF
AuteurJean-Michel Alberola +
Coordonnées43° 15' 2" N, 5° 23' 22" ELatitude : 43.2506
Longitude : 5.3895
+
Date d'inauguration1986 +
DépartementBouches-du-Rhône +
Hauteur4,5 m +
Image principale2A05178.jpg +
Largeur1 m +
Matériauxbronze +
Mot-cléCnap +
Naturepérenne +
Numéro d'inventaireFNAC 10536 +
PMRje ne sais pas +
PaysFrance +
ProgrammeCommande publique +
PropriétaireCollection du Centre national des arts plastiques (France) +
Période d'artart contemporain +
RégionProvence-Alpes-Côte d'Azur +
Sitemusée d'Art contemporain +
TitreBreton dixit, Actéon fecit +
Type d'artsculpture + et sculpture monumentale +
VilleMarseille +
Page has default formCette propriété est une propriété spéciale dans ce wiki.Notice d'œuvre +