Le Partage des eaux (France)

De atlasmuseum
Révision de 28 novembre 2019 à 09:14 par Virginie (discussion | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher

Site officiel

« Ici se trouve une ligne magique, invisible et pourtant bien réelle...La ligne de partage des eaux Atlantique Méditerranée » — Gilles Clément

« Avec 145 communes, 3 400 km de rivières, des pentes, des vallées, des plaines, il était difficile d’embrasser la totalité physique du Parc. Il nous a fallu trouver une identité liée à l’histoire du territoire et à sa géographie. La ligne de partage des eaux s’est imposée comme matrice ; de cette ligne vient l’eau qui a fabriqué les paysages que l’on a sous les yeux aujourd’hui. Entre océan et méditerranée, le Parc est situé sur une frontière qui ne divise pas mais qui relie. » — David Moinard, Directeur artistique du Partage Des Eaux.

Veuillez attendre le chargement de la carte

Contributions les plus récentes

Les œuvres de la collection

Titre de l'œuvre Artiste Date

La ligne de partage des eaux sillonne le Parc des Monts d’Ardèche sur 120 km. Elle s’entremêle avec le GR7 qui traverse la France des Vosges aux Pyrénées orientales. Cette ligne symbolique et géographique guide le projet et inspire six artistes, un designer et trois paysagistes invités.

Le parcours abrite des sites géologiques admirables (Mont Gerbier-de-Jonc) et des édifices patrimoniaux emblématiques (Chartreuse de Bonnefoy, Abbaye de Mazan, Tour de Borne, Abbaye Notre-Dame des Neiges) qui accueillent des oeuvres d’art contemporain créées à leur dé-mesure par des artistes de renommée internationale qui aiment travailler en dehors des espaces consacrés à l’art.

Ainsi, à la Chartreuse de Bonnefoy, l’artiste Stéphane Thidet a imaginé une œuvre qui s’inscrit en douceur sur la façade du XVIIIe siècle, en jouant sur la transparence et la réflexion du passage du temps et des saisons. À Borne, sur le GR7 en ligne de crête, l’artiste Gloria Friedmann a imaginé un phare entre atlantique et méditerranée. Les vestiges de l’Abbaye cistercienne de Mazan accueillent une anamorphose de Felice Varini. À l’Abbaye Notre-Dame des Neiges, l’artiste Huang Yong Ping appelle l’imaginaire des premières caravelles ayant traversé l’océan Atlantique. Le « jardinier planétaire » Gilles Clément a imaginé une Tour à eau construite en phonolithes, la roche volcanique présente au Gerbier. Enfin, depuis l’été 2016, une première partie de l’œuvre d’Olivier Leroi, installée près de la maison de site du Gerbier-de-Jonc est à découvrir..

Le pouvoir d’attraction et de fascination de la ligne du partage des eaux est aussi le point de départ du travail en filigrane proposé Gilles Clément et les paysagistes d’IL Y A qui en révèlent le tracé avec des Mires. Les randonneurs et vététistes qui traversent le Parc en suivant ou croisant cette ligne, trouveront sur leur parcours du mobilier imaginé par le designer Eric Benqué à partir des ressources naturelles (le châtaignier) et des savoir-faire locaux. Quant aux automobilistes et aux cyclistes, le collectif d’artistes Toplamak a imaginé un GPS qui transforme le parcours en une aventure drôle et poétique. Leur GéoPoéticSociety accompagnera le voyageur d’un site à l’autre tout en lui racontant le paysage à travers l’espace et le temps.

Chartreuse de bonnefoy.jpg